Jean-Marc Matos

jmm2013 (2)Jean-Marc Matos est chorégraphe, co directeur artistique de la Cie K. Danse. Formé auprès de Merce Cunningham à New-York, il y côtoie la « post modern dance » (Judson Church). Il s’intéresse aux projets chorégraphiques qui mettent en lumière la confrontation entre le corps et les technologies numériques, afin d’en dégager une écriture corporelle porteuse de sens. Il a créé près de quarante-cinq chorégraphies présentées en France et dans de nombreux pays à l’étranger (Europe, Amérique Centrale et du Sud, USA, Canada, Maroc, Inde, Pakistan). Il est impliqué dans plusieurs projets transculturels et multidisciplinaires, dont METABODY, pour lequel il est un des partenaires co organisateurs. www.k-danse.net – kdmatos@orange.fr

Fabienne Larroque

_MG_4878Fabienne Larroque, danseuse, directrice artistique de la compagnie coda norma, aime à créer des liens avec des artistes provenant d’autres disciplines, musique et écriture contemporaines, cinéma, théâtre, arts plastiques. Depuis 2012 elle partage la recherche des artistes du collectif patch_work arts émergents (La Flaque et Hors-Champs, de Mathilde Murat, Claire Sauvaget, Metabody 2014). L’installation interactive eNtre de Mathilde Murat sera le medium scénique de la prochaine création Chasseurs de Gravité.
cie.codanorma@gmail.com
www.codanormablogspot.fr

Philippe Baudelot

Philippe BaudelotExpert, critique et curateur spécialisé en arts numériques, j’interviens comme conseil et programmateur auprès de structures culturelles dédiées aux arts numériques en France et à l’étranger. J’accompagne des artistes, notamment chorégraphiques, dans leurs projets (regard extérieur, montage de productions, rédaction de dossiers). Je participe régulièrement à des temps de réflexion et à des ouvrages consacrés aux arts numériques.
http://digitalperformanceculture.blog.fr/ (peu actualisé, ces derniers temps)

Patrick Barrès

Patrick BarrèsPatrick Barrès est Professeur des universités en Arts appliqués, Arts plastiques à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, Directeur du LARA-SEPPIA (Laboratoire de Recherche en Audiovisuel – Savoirs, Praxis et Poïétiques en Art), Responsable de l’axe « Poïétiques du cinéma d’animation » du LARA-SEPPIA, Co-responsable du parcours de formation « Cinéma d’animation » de l’IUP Arts appliqués, plasticien.
Auteur de textes critiques consacrés aux arts visuels, aux relations entre cinéma et arts plastiques, aux pratiques du site (paysage, architecture, design) : Le cinéma d’animation, un cinéma d’expériences plastiques, L’Harmattan, 2006, Expériences du lieu, paysage, architecture, design, Archibooks, 2008.
Profil sur Linkedin

Christophe Jouffrais

C. Jouffrais est chercheur CNRS à l’IRIT. Il anime un groupe focalisé sur les technologies d’assistance pour améliorer la qualité de vie et l’autonomie des déficients visuels. Ses projets récents ont permis de concevoir un système d’assistance à la navigation appelé NAVIG (http://navig.irit.fr) ou des tables collaboratives interactives permettant à des déficients visuels de comprendre des cartes géographiques (http://www.irit.fr/accessimap). Il a aussi développé, en collaboration avec M. Macé, un programme de recherche sur la simulation des implants rétiniens qui permettent de restaurer une forme de vision chez les non-voyants. Toutes ces recherches se situent dans le domaine des sciences et technologies cognitives. Elles se font en collaboration avec l’institut des jeunes Aveugles de Toulouse (CESDV-IJA) dans le cadre d’un laboratoire commun qu’il dirige (http://www.irit.fr/LACII).
Contact http://www.irit.fr/~Christophe.Jouffrais
Christophe.Jouffrais_AT_irit.fr (remplacer _AT_ par @)

La Flaque

1459945_296545933875126_223451497107621285_nLa Flaque (prototype), installation, Mathilde Murat.
Au stade de prototype, La Flaque est l’expression d’une fascination pour les beautés simples des phénomènes naturels. Par une exploration de phénomènes physiques vibratoires tangibles au travers du médium eau, l’artiste recherche une expérience immersive inédite. Par l’intégration sensible de comportements du vivant dans l’émergence des phénomènes sonores, transmis par le sol, l’espace évolue, apprend, des différents corps qui le fréquentent. C’est un dialogue inédit qui s’instaure en le corps et l’espace qui tendent à ne faire plus qu’un, tout en préservant leurs singularités.
Plus s’info sur www.patch-work.fr

Hors Champs

plan praticableHors-Champs, installation sonore, 2014
création sonore : Claire Sauvaget, Mathilde Murat
conception praticable sonore : Mathilde Murat, Pierric Le Quément.
On pose le pied sur le praticable sonore. On peut s’asseoir, on peut déambuler lentement sur la surface on peut s’allonger si on le désire… On entretient un rapport étroit avec l’œuvre, et avec l’horizontalité du sol. Cette surface en vibration ouvre un espace sonore hors champ qui se déploie sous notre corps, bien au delà du sol. La création sonore a été travaillée par évocation et non de manière figurative afin que nous puissions avoir la sensation que quelque chose est là, vit, s’anime sous nos pieds, sous ce sol, dans un espace immense, et puissant.
Plus d’info sur www.patch-work.fr

Mental Map

(installation de sculpture en impression 3D de Claire Sauvaget, 2014). Chaque sculpture de MentalMap représente un trajet quotidien de l’artiste entre 2009 et 2014. Elles étincellent et flottent dans l’espace comme des objets précieux, rares, témoins des cheminements journaliers de l’artiste.
Elles évoquent des machines, avec ses engrenages et ses pièces imbriquées les unes dans les autres. A partir de ses déplacements dans la ville, un tracé s’est formé dans l’esprit de l’artiste dressant une “carte mentale”, une vision subjective en deux dimensions puis en trois dimensions. Les formes se sont établit en relation avec des associations relevant à la fois de la logique mais également d’associations non logiques (synesthésie). www.clairesauvaget.com
mentalmap_performance4_websauvaget_mentalmap_2008_1claire_sauvaget_mentalmap__ (1)

Pauline Lavergne

paulinePauline Lavergne se forme au Conservatoire de Danse de Toulouse, à l’Université de Paris 8( Danse et Psychologie), et à S.E.A.D (Salzbourg Experimental Academy of Dance), en Autriche. Elle travaille actuellement comme interprète sur Toulouse auprès de la compagnie K. Danse (chorégraphe Jean-Marc Matos), au sein du collectif Volubile, en collaboration auprès d’artistes indépendants à Bruxelles et commence à travailler avec la compagnie Touffik à La Rochelle. Professeur de danse diplômée d’état depuis 2011, Pauline Lavergne est intervenue dans différentes structures à Toulouse (Conservatoire de Toulouse, Association Temps Danse et K. Danse), à Gaillac (centre Apsara), et également à S.E.A.D (do-it program), Théâtre Odéon, à Salzbourg.

Céline Chauvet

Danseuse-interprète
Céline commence la danse au Conservatoire d’Avignon, où elle y suit une formation principalement classique. Après quelques années, elle arrête pour reprendre une scolarité normale, et obtient en 2007 un Master en Information et Communication. C’est en 2009 qu’elle décide de reprendre sa passion, en s’orientant davantage vers le style contemporain. Entre 2011 et 2012, elle suit une formation à Art Dance Toulouse et valide son EAT contemporain. A la suite de cela, elle fait la rencontre de Jean-Marc Matos, et travaille avec lui sur les projets « Corpus media », « Fées³ » et « Echolalie ».

Ambre Cazier

ambredanseuse-interprète
Très tôt, elle étudie la danse classique, contemporaine et la musique au conservatoire de Lille. Après seize ans de formation, elle obtient son Diplôme d’Étude Chorégraphique en classique. Arrivée à Toulouse, elle approfondie d’avantage les langages contemporains. Passe par Institut Supérieur des Art de Toulouse et art dance. Elle anime des ateliers d’expressions corporelles et aides au projet «Revolum» dansé par des enfants pour l’inauguration de l’œuvre de Jessika Stockholder, aux Abattoirs. Danse dans «et pendants c’temps là» et «je suis sortie car j’ai trouvé ça grand» de Cassandre Munoz et « crise élémentaire » avec shim sham cie. Elle crée et danse «anoxy» performance duo alliant danse et bodypainting. Passionnée par l’art numérique, elle rencontre Jean Marc Matos au travers d’un stage au sein de la compagnie K. Danse. En parallèle elle mène des ateliers vidéo et photo.
Par la suite elle danse avec la compagnie K. Danse pour «corpus média» résidence d’expérimentation/création danse interaction numérique à Lieu commun, «Fées³» et «Écholalie».

Mathilde Murat

Artiste plasticienne, Mathilde Murat explore par sa pratique de l’installation la frontière entre le corps et son environnement sensoriel.
Par une approche scénographique elle instaure des espaces immersifs dont la plasticité se co-construit avec l’expérience du corps.

Mathilde Lalle

Née en 1986 à Poitiers, Mathilde Lalle est une artiste plasticienne française. Suite à des études littéraires et artistiques, elle est diplômée en 2009 par un Master professionnel Création Numérique au département art plastique de l’Université de Toulouse le Mirail. Elle expose ses vidéos et installations depuis 2007 dans de nombreux lieux d’art dans les régions toulousaine, languedocienne et poitevine, mais aussi en Espagne, notamment en partenariat avec Mathilde Murat, sous le nom de collectif ma~ ou avec l’association patch_work, arts émergents, qu’elle cofonde en mai 2010 à Toulouse. Cette structure permet de rassembler des artistes et des techniciens de divers disciplines autour de projets artistiques, dont Morphée, reconnu par le RAN et A.S.A.P, lauréat de l’appel à projets Expérimentation Culturelle-Maison de l’Image de la Ville de Toulouse. Mathilde Lalle dirige en 2013 l’événement de diffusion Emergences à Toulouse. Cette structure lui permet également de concevoir des cycles d’ateliers pédagogiques, faisant ainsi le lien entre son intérêt pour la création artistique et son investissement militant dans le milieu de l’éducation populaire.

(Depuis octobre 2009, Mathilde Lalle a également été assistante de diffusion pour éOle, collectif de musique active, formatrice en arts plastiques dans le cadre du BPJEPS Animation Culturelle des CEMEA Midi-Pyrénées, formatrice BAFA, directrice d’Accueils Collectifs de Mineurs, réalisatrice de vidéos de promotion indépendante pour des spectacles, intervenante indépendante en arts plastiques et en danse traditionnelle, vacataire en arts plastiques pour l’Education Nationale, médiatrice pour le Théâtre Garonne et chargée de production pour la compagnie le GdRA)

Mario Garcia Saez / Erre que erre

HOOGERMANok600Mario Garcia Sáez (Murcie, 1973). Maîtrise en Psychologie par l’UNED. Diplôme en ballet classique au Conservatoire Real de Madrid. Mastère en Administration des Institutions Culturelles, Université de Barcelone. Il est membre co-fondateur, chorégraphe et interprète de la compagnie Erre Que Erre avec laquelle il a obtenu plusieurs prix comme danseur et chorégraphe dans des productions de danse et des vidéos-danse depuis sa fondation en 1996. Auparavant, il a travaillé comme interprète avec la compagnie Danat Dansa et dans les productions de La Fura dels Baus, Lanonima Imperial, Senza Tempo et Iliacan. Il est actuellement artiste associé à ADDK Berlin et il déroule son travail à l’Espai Erre de Barcelone. » Il collabore avec K. Danse depuis 2013.

Hoogerman

HOOGERMANok600HOOGERMAN es un espectáculo de danza inspirado en la obra del artista digital Han Hoogerbrugge. Una pieza que busca corporeizar el trabajo de animación digital de dicho artista adaptándolo al lenguaje escénico. Si Hoogerbrugge supone la digitalización de un hombre con sus obsesiones, ansiedades y miedos, Hoogerman pretende ser la re-conversión de este mundo virtual en algo orgánico, la vuelta al cuerpo.
Creación e interpretación: Mario G. Sáez. Ayudante de dirección: Ángeles Angulo. Iluminación y visuales: Carles Rigual. Música: JPLS, Balago. Estilismo: Kike Palma. Producción: Erre que erre danza.
blog: http://hoogerman.blogspot.com.es/
web: http://www.errequeerredanza.net/
teaser: http://vimeo.com/53563092

Siga Siga

Siga Siga, expression grecque qui signifie littéralement Doucement Doucement
Fondamentalement intéressée par la façon dont les individus construisent leur identité, leur environnement de vie et leur rapport à l’autre, je me suis rendue en Grèce en septembre et octobre 2013 pour partager le quotidien de personnes ayant décidé de quitter les villes pour vivre à la campagne, à cause de la situation économique du pays. Ce phénomène sociétal d’exode urbain est en effet massif : 600 000 grecs ont déjà fait ce choix.

Ma rencontre avec la chorégraphe Claire Cauquil de la compagnie Passe-Velours lors de l’événement Metabody Toulouse 2013 aboutit aujourd’hui à un projet de spectacle participatif pour lequel nous proposons des expérimentations publiques lors de Metabody_Toulouse 2014.

Cyber Butô

ericx600_01CYBER DANSE DANSE AUGMENTÉE
http://vimeo.com/user11632103
Ce projet est né de la volonté de renverser le rapport traditionnel de la danse et de la musique. Généralement, une danse accompagne une musique. Ici,l’objectif est au départ de générer une musique à partir de mouvements corporels. Techniquement, le choix s’est vite porté sur une kinect (xbox360) couplée au freeware processing, évitant aussi d’embarrasser le corps avec de multiples capteurs. Ce travail est issue de la collaboration Fabrice Fourc (collectif de hacking Tetalab-Toulouse) pour la programmation et de moi-même (projet multimédia 1KA) pour la lutherie électronique. A l’aide de la kinect, processing reconnaît un squelette humain et assigne des paramètres audio midi et vidéo aux coordonnées spatiales des mains.

Très vite de nouveaux enjeux sont apparus. Nous avons au départ choisi les mains pour la facilité d’exécution dans des situations d’installation pour tout public, mais elles peuvent limiter la danse à une attitude instrumentale «musicale». Assigner les mouvements de la tête, des genoux, de l’abdomen proposera d’autres amplitudes, partant une autre musique. Se pose ainsi la question de l’interaction dansée entre différents organes, du corps au delà des organes. Étant autodidacte dans le domaine de la danse, j’aimerais en discuter avec des danseur-ses dont c’est la principale activité. De plus, si les mouvements du danseur génèrent des sons, ceux-ci en retour suggèrent une danse spécifique à la personnalité branchée et à la morphologie des sons synthétisés. Un étrange feedback psycho-acoustique se développe alors entre un corps-sensibilité en mouvement et une machine . Qui contrôle qui? Dans cette cyber-danse, il me semble que l’on est ailleurs. Une carte invisible des sons suggère des mouvements indirectement expressifs qui en retour dessinent des trajectoires musicales.En proposant ce dispositif lors d’ateliers expérimentaux, je me suis aussi rendu compte que certains sons peuvent libérer certaines personnes ou au contraire les entraver. J’ai alors essayé de programmer des sons comme des costumes sur mesures pour les danseurs-ses, pour les accompagner ou les provoquer.

A ce stade, une collaboration avec des psycho-acousticiens et chercheurs en résonance physiologique me semble intéressante, même s’il est aussi possible de progresser à l’aide de paradigmes symboliques et psychologiques.

Sur le plan esthétique, ce projet peut accueillir de multiples collaborations artistiques.Nous avons présenté la première à la novela 2011 avec VSRK (duo vidéo-plasticien), Lionel Delteil (robotique) et Fabrice Fourc (programmation). L’interaction avec la vidéo est encore embryonnaire et mériterait un travail de réflexion-création synesthésique.

Par ailleurs,depuis un an, je participe périodiquement à des ateliers de danse Butoh pour développer une perception-imagination du corps-environnement.

patch_work arts émergents

logopatch_workorangepatch_work, arts émergents, est une association loi 1901 basée à Toulouse. Elle a pour but le développement de projets dans le domaine des arts contemporains, des arts numériques et de l’hybridation des pratiques artistiques (théâtre, danse et musique). Elle a vocation à produire, diffuser et questionner les arts émergents, afin de proposer à la région toulousaine une plateforme d’expérimentation, de recherche et de médiation dans ce domaine.  L’action de l’association se développe selon les axes suivants : production, diffusion, recherche-expérimentation, médiation-pédagogie.

41 rue des filatiers 31000 Toulouse
www.patch-work.fr
info@patch-work.fr

Contacts

K. Danse
kdmatos@orange.fr
www.metabody.k-danse.net
0611775456

 POLE CULTURE UNIVERSITE TOULOUSE III – PAUL SABATIER
culture@adm.ups-tlse.fr
www.ups-tlse3.fr
05 61 55 62 63

SALLE LE CAP
118 route de Narbonne, Métro : Université Paul Sabatier
31062 Toulouse

SCIENCE ANIMATION MIDI-PYRÉNÉES    BLOG et VIDEO REPORTAGE DE LA SEMAINE
Julie Poirier, Chargée de conception & médiation julie.poirier@science-animation.org 
Elodie Decarsin, Chargée de Projets Multimédia elodie.decarsin@science-animation.org
Observatoire de Jolimont – 1 avenue Camille Flammarion – 31 500 Toulouse
Tel : 05 61 61 00 06 – Port : 06 84 56 83 43 

Science Animation

Science Animation Midi-Pyrénées, Centre de Sciences labélisé Science et Culture, Innovation développe des actions polythématiques (expositions, conférences-débats, animations, manifestations, ingénierie) destinées au grand public et plus particulièrement aux jeunes.

L’association est soutenue par l’Europe, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, la Région Midi-Pyrénées, Toulouse Métropole et la Ville de Toulouse. Lauréat des investissements d’avenir avec le projet Inmédiats, Science Animation place le numérique et l’innovation au cœur du développement de ses outils de médiations.

site Science Animation : http://www.science-animation.org

blog science animation : http://science-animation.tumblr.com

lien d’immédiats : http://inmediats.fr