Cyber Butô

ericx600_01CYBER DANSE DANSE AUGMENTÉE
http://vimeo.com/user11632103
Ce projet est né de la volonté de renverser le rapport traditionnel de la danse et de la musique. Généralement, une danse accompagne une musique. Ici,l’objectif est au départ de générer une musique à partir de mouvements corporels. Techniquement, le choix s’est vite porté sur une kinect (xbox360) couplée au freeware processing, évitant aussi d’embarrasser le corps avec de multiples capteurs. Ce travail est issue de la collaboration Fabrice Fourc (collectif de hacking Tetalab-Toulouse) pour la programmation et de moi-même (projet multimédia 1KA) pour la lutherie électronique. A l’aide de la kinect, processing reconnaît un squelette humain et assigne des paramètres audio midi et vidéo aux coordonnées spatiales des mains.

Très vite de nouveaux enjeux sont apparus. Nous avons au départ choisi les mains pour la facilité d’exécution dans des situations d’installation pour tout public, mais elles peuvent limiter la danse à une attitude instrumentale «musicale». Assigner les mouvements de la tête, des genoux, de l’abdomen proposera d’autres amplitudes, partant une autre musique. Se pose ainsi la question de l’interaction dansée entre différents organes, du corps au delà des organes. Étant autodidacte dans le domaine de la danse, j’aimerais en discuter avec des danseur-ses dont c’est la principale activité. De plus, si les mouvements du danseur génèrent des sons, ceux-ci en retour suggèrent une danse spécifique à la personnalité branchée et à la morphologie des sons synthétisés. Un étrange feedback psycho-acoustique se développe alors entre un corps-sensibilité en mouvement et une machine . Qui contrôle qui? Dans cette cyber-danse, il me semble que l’on est ailleurs. Une carte invisible des sons suggère des mouvements indirectement expressifs qui en retour dessinent des trajectoires musicales.En proposant ce dispositif lors d’ateliers expérimentaux, je me suis aussi rendu compte que certains sons peuvent libérer certaines personnes ou au contraire les entraver. J’ai alors essayé de programmer des sons comme des costumes sur mesures pour les danseurs-ses, pour les accompagner ou les provoquer.

A ce stade, une collaboration avec des psycho-acousticiens et chercheurs en résonance physiologique me semble intéressante, même s’il est aussi possible de progresser à l’aide de paradigmes symboliques et psychologiques.

Sur le plan esthétique, ce projet peut accueillir de multiples collaborations artistiques.Nous avons présenté la première à la novela 2011 avec VSRK (duo vidéo-plasticien), Lionel Delteil (robotique) et Fabrice Fourc (programmation). L’interaction avec la vidéo est encore embryonnaire et mériterait un travail de réflexion-création synesthésique.

Par ailleurs,depuis un an, je participe périodiquement à des ateliers de danse Butoh pour développer une perception-imagination du corps-environnement.