Arnaud Courcelle

nono2Artiste numérique-musicien. Depuis 2011, Arnaud Courcelle se consacre à l’art et son travail s’intègre dans un processus visant la performance et l’improvisation. C’est dans cette perspective qu’il réalise des interfaces numériques et élaborera une réflexion autour de la création d’un langage commun entre les médiums artistiques. Il conçoit un logiciel pour la projection video, intégrant des modules gérant l’interaction homme-machine, lui permettant de jouer des formes à travers le mouvement des danseurs et du son des musiciens. Il crée des installations numériques tels Focal Z présenté au THSF à Toulouse et à DigiWorld à Montpellier, Nuit blanche écran noir, commande de La Salle Nougaro à Toulouse, Les Martines à La Chapelle-gély, Juke Box présenté aux soirées Crépuscule à Montauban, Il participe à la scénographie de spectacles vivants tels Electric Geisha, les Berceuses au butagaz, le Commando Nougaro, Les Hurlements de Léo chante Mano Solo avec Fred Kleinberg, Errance avec Jean-Marc Matos, L’Eloge de l’incertitude avec Etienne Schwartz. Il conçoit de même des installations vidéo-mapping interactives présentées lors du Festival Les Machines à Liver, au Théâtre Jean Villard en 2012, ainsi que l’habillage vidéo de la Gare Matabiau à Toulouse pour la Fête de la musique en 2012. Il intervient aussi à l’occasion de workshops sur le mapping et l’utilisation des capteurs et donne des conférences autour de l’art numérique d’aujourd’hui à La Chapelle-gély à Montpellier en 2013.
Depuis 2013, il collabore avec Philippe Boisnard. Leur travail a été exposé notamment à Paris, Berlin, Moscou, New-York, ainsi que 12 villes des Etats-Unis.(shape of memory, et une exposition pour le bateau l’hermione).